12 février 2020

LES FONDATIONS ACTIONNAIRES

90,00

La première étude européenne

Catégorie :

Description

Qui sait que Tata (Inde), Bosch ou Bertelsmann (Allemagne) , Rolex (Suisse), Ikea (Suède), Carlsberg (Danemark), ou Pierre Fabre (France) appartiennent à… des fondations ? Elles sont plus de 1 000 en Allemagne, 1 000 en Suède, 1 350 au Danemark, ces entreprises grandes ou plus petites, dont les fondateurs ont fait le choix de transmettre tout ou partie du capital et des droits de vote, à des fondations.

Malgré son caractère doublement vertueux, ce modèle est largement méconnu en France, où les Laboratoires Pierre Fabre, et dans une moindre mesure l’Institut Me?rieux, font figures d’exceptions.

A l’heure ou la philanthropie devient plus entrepreneuriale et le capitalisme se veut plus responsable, ou? en France 700 000 entreprises familiales devraient être transmises dans les quinze prochaines années et l’Etat Providence s’essouffle, le modèle des fondations actionnaires est indéniablement à développer.

D’autres articles

  • 10 novembre 2021
    Entreprise & post-croissance – réinitialiser nos modèles économiques, comptables et de gouvernance

    Le troisième étude de Prophil !

  • 1 juillet 2021
    Fondations actionnaires et investisseurs : un intérêt commun ?

    Le premier guide de la collection Philrouge