6 juillet 2020

Les actionnaires ont une responsabilité historique dans cette refondation du capitalisme

Danone va se transformer en première entreprise à mission cotée française. Quel chemin !

Ce qui était encore du domaine de la fiction devient réalité et nous nous en réjouissons.

Coté fiction, nous avions anticipé et exploré cette possibilité avec l’AG du Futur, montée par Prophil et ses partenaires, au théâtre du Gymnase le 4 février 2019. L’objet de cette AG extraordinaire : la transformation de Mirliton – entreprise (imaginaire) familiale cotée de l’agroalimentaire – en entreprise à mission.

Ne la cherchez pas sur internet. Mirliton, entreprise sincère et engagée, mais non exempte de tout reproche, n’existe donc pas. Notre ambition était avant tout pédagogique, donner à voir un changement de nature du capitalisme articulant rentabilité économique et contribution au bien commun, tout en braquant les projecteurs sur la responsabilité des actionnaires. L’AG du Futur s’inscrivait ainsi dans la continuité de l’étude de Prophil sur les entreprises à mission, publiée en 2017 et de nos actions de plaidoyer en faveur d’un statut dédié dans la loi Pacte.

Précisément nos actionnaires spectateurs d’un soir, répartis en différents collèges, avaient un droit de vote, et devaient se prononcer sur la transformation de Mirliton en entreprise à mission. Nous pensions remplir les rangs de l’orchestre, le théâtre a été plein à craquer, preuve que ce sujet intéresse et interpelle. Fin du suspense, après deux heures de débats intenses, la résolution a été approuvée. Salle acquise ou pas, pour nous l’enjeu était ailleurs : il s’agissait de montrer que ces sujets essentiels sont désormais du ressort de la gouvernance des entreprises. Elles ne peuvent plus ignorer que le productivisme est prédateur pour la planète, ni que les inégalités sociales inacceptables détruisent les sociétés. En effet, véritable angle mort dans notre société où la culture économique est faible, nous avons fini par penser que tous les actionnaires se ressemblaient, mus uniquement par la recherche de profit immédiat. Les actionnaires ont une responsabilité historique dans cette refondation du capitalisme : remettre à plat les règles du jeu, forger en commun de nouveaux modes de création et de partage de la valeur, incluant l’ensemble des parties prenantes, et ainsi favoriser sur le long terme l’innovation, l’environnement et la justice sociale ; tels étaient les sous-jacents à l’œuvre dans cette AG du Futur.

Désormais, la réalité dépasse la fiction et une nouvelle ère s’ouvre pour les entreprises. Nul doute que les pionnières, telles que Danone, seront scrutées à la loupe par leurs actionnaires, garants de la sincérité de la mission et de la mise en œuvre des engagements.

Clin d’œil final :  l’action Mirliton a bondi de 8 % en fin de représentation. A croire que le bien commun inspire la confiance aux places boursières.

Geneviève Ferone Creuzet et Virginie Seghers, co fondatrices de Prophil

D’autres articles

  • 29 juin 2020
    [Le JDD] Les patrons de 76 entreprises appellent à « s’emparer de l’urgence climatique »

    Article publié sur le site du JDD Voici la tribune de 76 entrepreneurs et chefs d’entreprise sur l’urgence climatique : L’avenir de nos […]

  • 15 mai 2020
    [The Conversation] La fondation actionnaire : un modèle à explorer pour construire le « monde d’après »

    Article publié sur le site The Conversation. La crise du Covid-19 plonge l’économie mondiale dans une récession inédite depuis les grandes guerres […]